Esquisse dramatique du climat intérieur dans les écoles du Benelux

Communiqué de presse

Anvers, 8 mai 2012 – Le Centre pour les Écoles Saines est la première initiative dans le Benelux à promouvoir l’amélioration du climat intérieur dans les bâtiments scolaires. Au cours de l’année écoulée, le centre de connaissance a réalisé une enquête à grande échelle au sein des établissements scolaires du Benelux afin d’évaluer leurs besoins et leurs points noirs sur le plan de l’environnement intérieur. Le questionnaire a été complété par 890 établissements.

Dans l’enquête, près d’un responsable sur quatre 4 reconnaît une attention insuffisante pour le climat intérieur de son établissement. Néanmoins, ils sont 81 % à estimer que le climat intérieur dans les établissements scolaires est une priorité absolue. Le Centre pour les Écoles Saines a esquissé les 3 problèmes les plus préoccupants dans les bâtiments scolaires :

1. Le premier point noir, et celui abordé le plus souvent, est la qualité de l’air. Près de 42 % des personnes fréquentant les établissements scolaires la jugent tout simplement mauvaise. L’air dans les classes est très désagréable et se caractérise par une odeur de renfermé, avec pour résultat une perte de concentration et des maux de tête.

2. Dans beaucoup de bâtiments scolaires, on ne parvient pas à maintenir la température sous contrôle. Une école sur 3 dans le Benelux se plaint par conséquent d’un manque de confort thermique. Près de 40 % des établissements interrogés souffrent du froid en hiver, alors que 70 % doivent faire face à une température excessive en été. De très nombreuses classes aujourd’hui sont toujours dotées du simple vitrage ou sont surchauffées en hiver en raison d’une commande centralisée du chauffage. Ceci engendre une consommation d’énergie inefficace et insuffisamment économique.

3. Un troisième point d’attention est l’acoustique dans les bâtiments scolaires. Environ un occupant sur trois est gêné par les bruits dans les couloirs et les locaux voisins. Plus d’un sur 4 parle de résonance et de mauvaise acoustique dans les classes. Pensez ici au bruit de 20 élèves dribblant avec un ballon de basket dans la salle de sport ou au nombre de décibels produits par une classe pleine d’écoliers enthousiastes.

D’autres points d’attention qui ont été avancés sont le manque de qualité de l’éclairage, allant d’une mauvaise visibilité (luminosité insuffisante) jusqu’à l’éblouissement par le soleil, ainsi qu’un manque de mobilier scolaire ergonomiquement réfléchi.

Malgré les tentatives souvent passionnées des directions pour faire de leurs bâtiments des lieux agréables à vivre et propices à l’enseignement, celles-ci manquent de moyens, de temps, de connaissances et d’inspiration. Environ 40 % des responsables d’établissements scolaires ne savent pas vers quelle instance se tourner pour demander des subsides. Néanmoins, de magnifiques projets de construction sont réalisés dans la pratique.

L’an dernier, le Centre pour les Écoles Saines a organisé une vingtaine de séances d’information à travers le Benelux pour faire connaître des projets inspirés de construction d’écoles auprès de directions d’écoles, conseillers en prévention, collaborateurs techniques, enseignants et associations de parents.

Durant l’année 2012, le Centre organisera un certain nombre de congrès pour les architectes en Belgique et aux Pays-Bas. Le Centre pour les Écoles Saines lancera très bientôt le « Moniteur Écoles Saines Benelux », une enquête en continu de l’état des bâtiments scolaires et des besoins d’informations des directions d’écoles. Le lancement de l’enquête est programmé pour le mois d’août 2012.