Mouscron : nouvelle école en piste pour la rentrée 2015 ?

Les plans du nouveau bâtiment scolaire ont été présentés. Il sera érigé sur le site du Futurosport. Un investissement de 10 millions. Lancé en 2008, le projet d’École des Sports sur le site du Futurosport suit son cours et les choses se précisent. Avant de soumettre pour accord le cahier des charges au conseil communal, lundi soir, et d’ensuite rentrer le dossier à la Fédération Wallonie-Bruxelles, pour l’obtention des subsides, Annick Saudoyer, échevine de l’Enseignement et Patrice Desneulin, architecte, ont présenté les plans de la future école.

Construit entre la piste d’athlétisme et le Centre d’équitation de la Rouge-Croix, l’établissement permettra de rassembler sur un seul et même site, les élèves de maternelle et de primaire, de l’école Pierre de Coubertin (chaussée du Risquons-Tout) ainsi que du premier degré secondaire de l’ICET Dottignies.

« Actuellement, tous ces élèves sportifs doivent voyager tous les jours vers le Futurosport. Le matin pour les secondaires et l’après-midi pour les primaires, précise Annick Saudoyer. L’objectif de notre nouvelle école est donc de limiter fortement ces déplacements, puisque les infrastructures sportives seront sur place. Nous limitons par la même occasion l’impact écologique et le risque d’accidents ».

Trois secteurs distincts

La disposition des locaux, répartis en deux étages, a été étudiée pour éviter au maximum que les différents niveaux d’enseignement ne se croisent. Ainsi, les maternelles occuperont une partie du premier étage. L’accès pour les parents, pourra se faire tant par l’entrée principale que par une rampe, adaptée à toutes les mobilités, qui mènera directement dans la cour de récréation des petits. Une cour de 750 m2 qui se trouvera aussi au premier étage, sur la toiture du préau réservé aux primaires.

Six classes seront aménagées et permettront de mener des activités cuisine ou théâtre. Une salle de psychomotricité et une salle de repos ont aussi été prévues. Les primaires occuperont le rez-de-chaussée, sous les classes de maternelles. Dix classes traditionnelles ont été pensées, avec des locaux plus petits pour s’occuper de groupes plus restreints. Une cour de récréation de 1450 m2 leur sera réservée.

Enfin, les secondaires occuperont une aile de l’établissement, sur deux étages. Quatorze classes traditionnelles et une cour de récréation de 1200 m2 leur seront réservées. Des laboratoires ou locaux spécifiques seront aussi accessibles par le primaire.

À l’entrée du bâtiment, une rotonde, qui crée l’identité visuelle de l’école, servira de réfectoire et de salle de réunion lors de rencontres avec les parents. Les toitures plates et l’exposition au soleil, permettront aussi à l’avenir de placer d’éventuels panneaux photovoltaïques. Aucun parking supplémentaire ne sera aménagé, celui du stade d’athlétisme sera utilisé. Le chauffage sera diffusé, partout, par le sol.

Un chantier de deux ans

« Sur un terrain difficile à aménager, en raison de l’espace réduit, nous avons opté pour la meilleure intégration possible dans le site, explique Patrice Desneulin, l’architecte. Les tons et les matières utilisés sont semblables à ceux du stade d’athlétisme. Tout a été conçu pour être le moins énergivore possible ».

Le chantier sera subsidié par la Fédération Wallonie-Bruxelles. « En cas d’accord ferme sur les subsides, le marché pourrait encore être lancé en 2012, espère Annick Saudoyer. Le délai de construction s’élève à deux ans, ce qui nous permettrait alors d’ouvrir l’établissement pour la rentrée 2015.

L’investissement autorisé est de 10,7 millions d’euros (TVAC) et l’estimation actuelle atteint 10,5 millions d’euros. La fédération prend en charge 60 % et la ville les 40 % restants. »

Plus de dix millions

« Sur un terrain difficile à aménager, en raison de l’espace réduit, nous avons essayé au mieux de s’intégrer dans le site, explique Patrice Desneulin, l’architecte. Les tons et les matières utilisés sont semblables à ceux du stade d’athlétisme. Tout a été conçu pour être le moins énergivore possible. »

Le chantier sera subsidié par la Fédération Wallonie-Bruxelles. « En cas d’accords fermes sur les subsides, le marché pourrait encore être lancé en 2012, détaille Annick Saudoyer. Le délai de construction s’élève à deux ans, ce qui nous permettrait alors d’ouvrir l’établissement pour la rentrée 2015. L’investissement autorisé est de 10,7 millions d’euros (TVAC), mais l’estimation actuelle atteint 10,5 millions d’euros (TVAC). La fédération prend en charge 60% et la ville les 40% restants. »

Source: L’Avenir.net