Les élèves de l’école de Compogne dans leurs nouveaux locaux

Les élèves de l’école de Compogne viennent d’intégrer leurs nouveaux locaux. L’ancien bâtiment adjacent est toujours en cours de rénovation.

L’école communale de Compogne (Bertogne) compte 52 élèves. Deux groupes-classes regroupant l’un les 1re, 2e et 3e primaires et l’autre les 4e, 5e et 6e. Une petite école qui a pourtant toujours été un peu à l’étroit. « Lorsque nous avions des cours philosophiques et qu’il fallait dédoubler les classes, on se retrouvait régulièrement dans les couloirs ou près des toilettes. Et c’est la classe qui servait de réfectoire», se souvient le directeur, Yves Kempeneers. Désormais, il y a de l’espace : un bâtiment tout neuf, deux classes aux portes jaunes et orange, des armoires bleues, plus d’ouvertures vers l’extérieur, une arrivée d’eau dans chaque classe et même une bibliothèque-centre de documentation avec un coin ordinateur. Le nouveau bâtiment est opérationnel, le reste le sera pour la rentrée avec un réfectoire et une salle polyvalente. Montant total des travaux 412 000 € subsidiés à près de 60 %.

Des locaux déjà obsolètes ?

C’est en 1998 que d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement sont jugés urgents lors d’une visite des autorités. 14 ans plus tard, le directeur voit enfin le bout du tunnel. « Les travaux, je n’y ai cru que lorsque j’ai vu le premier coup de pelle», confie-t-il. Un seul regret. Vu la durée du projet, les locaux ne correspondent déjà plus à la réalité du terrain. L’école éprouve déjà des limites au niveau de la capacité d’accueil. Les élèves de l’ancienne école libre sont en effet venus gonfler les rangs des écoliers et les maternelles ont dû s’installer dans les bâtiments de l’ancienne école libre, devenus communaux. Mais quoi qu’il en soit, l’heure est aux réjouissances pour les élèves qui profitent des tout derniers jours d’école dans de nouvelles installations. Pour le reste, les écoliers devraient pouvoir intégrer la totalité de l’infrastructure scolaire pour la rentrée prochaine.

Source: L’Avenir.net