L’école nuit à la santé

Se rendre à l’école, est-ce dangereux? Peut-être si l’on en croit la récente étude de la qualité de l’environnement intérieur dans les écoles réalisée par Test-Achats.

Cette étude met en lumière le fait que beaucoup d’écoles présentent une teneur en CO2 trop élevée et que l’air des classes contient des composants volatiles comme le Benzène. Ces éléments peuvent avoir un impact non négligeable sur la santé des enfants… comme des enseignants.

Pourquoi l’air de nos classes est-il si mauvais? Pour Jean-Philippe Ducart, porte-parole de T-A, le problème trouve sa source dans la volonté qu’ont les écoles d’économiser l’énergie. Les fenêtres sont calfeutrées, on évite de les ouvrir pour ne pas refroidir la pièce et économiser ainsi sur le chauffage.

Certaines activités, notamment dans les classes du fondamental, sont également nuisibles à la santé des élèves. Lorsque les enfants bricolent et jouent avec de la colle, des Tipp-Exx ou certaines peintures, ils libèrent dans l’air des composants dangereux pour la santé. Si la pièce n’est pas suffisamment aérée, il n’est pas rare que, une fois inhalés, ces produits provoquent des maux de tête, des vertiges ou des irritations des yeux.

Le taux de CO2 est également anormal dans 47 des 60 locaux visités par Test-Achats. Peu aérés, surpeuplés, ils concentrent le gaz qui fatigue les enfants et altère leur capacité de concentration.

Lorsque les classes sont mal aérées, cela provoque aussi des moisissures et l’apparition d’acariens, d’où de possibles allergies chez les enfants.

Prudence donc lors des activités manuelles. Une fenêtre ouverte et un entretien régulier des classes est nécessaire pour le confort de tous.

Source: Enseignons.be