Le projet de l’école de Saintes est recalé

Le ministre wallon de l’Aménagement du territoire, Philippe Henry, a désormais en main l’aboutissement, dans un délai proche, du dossier de la nouvelle école de Saintes.

Voilà des années que les autorités communales de Tubize tentent de le faire aboutir. La fédération Wallonie-Bruxelles a fini par donner un accord de principe pour des subsides à hauteur de 60 % sur un montant de cinq millions d’euros.

Cette nouvelle école destinée à accueillir environ 400 enfants prendrait place à la rue de Rebecq dans une zone champêtre près de la ferme du Puits Sainte-Renelde.

Cette localisation permettrait d’avoir une implantation unique, et non plus deux comme actuellement (rue de l’École et chaussée d’Enghien).

Le dossier avait été accepté par le conseil communal avant de partir pour délivrance du permis chez le fonctionnaire-délégué. Mais ce dernier vient de signifier son refus à la commune. Motif invoqué : le volume du bâtiment destiné à accueillir les primaires est jugé trop important.

“Notre seule solution actuelle se trouve chez le ministre Henry, qui peut ne pas suivre cette décision” , explique Jeannine Lens, l’échevine sortante de l’Enseignement. “Il n’y a pas de temps à perdre car normalement le dossier doit être déposé début décembre chez le ministre Nollet (NDLR : en charge des Bâtiments scolaires) pour obtenir sa signature en vue des subsides. Le collège communal va donc introduire un recours dès cette semaine.”

Un dossier qui sera ensuite repris par la nouvelle majorité. “Il n’y a rien de politique dans ce dossier car il y va de l’intérêt des enfants”, assure Jeannine Lens. “D’ailleurs, nous sommes allés avec mon successeur, Michel Picalausa, rencontrer ensemble le fonctionnaire-délégué.”

Une des solutions serait de prévoir un étage en moins mais pour un espace plus large au sol. “Cela reviendrait plus cher “, précise l’échevine sortante. “Or, le montant des subsides a déjà été arrêté voici plusieurs années. Mais depuis, la fréquentation de l’école a augmenté.”

L’échevine rappelle aussi que le dossier avait été “oublié” par les ministres Arena et Dupont. De plus, la commune paie aussi un loyer de 2.000 € pour louer une ancienne concession automobile de la chaussée d’Enghien aménagée en bâtiment scolaire provisoire.

Source: DH.be