Le prêt de 600 millions pour les bâtiments scolaires est signé

La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Banque européenne d’investissement (BEI) et les banques Belfius et CBC ont signé lundi un programme de financement de 600 millions d’euros sur trois ans destiné à la construction de nouvelles écoles et la modernisation d’établissements déjà existants.

« C’est une première pour la BEI de financer des projets de construction d’écoles en Wallonie et à Bruxelles », a commenté le vice-président de la banque européenne, Pim van Ballekom, lors d’une conférence de presse organisée à Molenbeek, à proximité d’une nouvelle école communale en construction.

Ce prêt de 600 millions d’euros, dont 300 seront fournis par la BEI, servira à financer le vaste plan de construction scolaire décidé en octobre 2010 par le gouvernement de la Fédération. D’un montant global de 1,2 milliard d’euros, ce programme doit permettre la création de 23.500 places supplémentaires « en dur » à l’horizon 2017, dont les deux tiers environ rien qu’à Bruxelles. Le plan porte à l’heure actuelle sur un total de 119 projets. Il s’agit soit des constructions neuves, soit des rénovations lourdes, le tout dans un souci de bonne performance énergétique.

L’emprunt, dont les deux premières tranches pour un montant de 300 millions ont été signées lundi, sera remboursé sur une période de 25 ans. Grâce à la participation de la BEI, la Fédération bénéficiera d’un taux d’emprunt plus avantageux que sur le marché. Elle économisera ainsi de l’ordre de 25 à 30 millions d’euros, argent qui sera injecté dans la création de places scolaires supplémentaires.

Le plan d’investissement servira à construire aussi bien des écoles fondamentales que secondaires -ainsi que des crèches pour 60 millions d’euros- issues des différents réseaux d’enseignement de la Fédération. « Chaque réseau sera financé selon les règles du Pacte scolaire. On ne touche pas à ce mécanisme », a précisé lundi le ministre en charge des Bâtiments scolaires, Jean-Marc Nollet (Ecolo). Ce programme exceptionnel de construction scolaire ne livrera toutefois ses pleins effets qu’en 2017.

Vu le déficit de places annoncé pour la rentrée 2014, surtout à Bruxelles, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est accordé la semaine dernière sur un plan d’urgence devant faire la jonction avec 2017. D’un montant de 55 millions, il permettra de créer rapidement des classes supplémentaires, notamment par l’installation de pavillons modulaires dans les cours d’écoles existantes.

Source: 7sur7.be