L’atelier d’architecture Daniel Delgoffe apporte au campus du Sart-Tilman convivialité et ouverture sur l’avenir

Il n’en a pas fini de se renouveler. Le campus du Sart-Tilman continue son évolution pour accueillir ses étudiants dans des installations performantes et accueillantes. Depuis peu, le site dispose en effet d’une nouvelle cafétéria et de nouvelles salles de travaux pratiques. L’ensemble est signé par l’architecte Daniel Delgoffe.

Deux bâtiments pour le développement et la convivialité du campus « polytech »

Au Sart-Tilman, l’ULg poursuit ses efforts pour améliorer la convivialité et la mobilité douce de la zone nord. Au fil des ans, de nouveaux bâtiments et aménagements se sont construits pour étendre les activités de l’université, le long d’un réseau de circulation piétonne et cycliste. C’est dans ce contexte de développement urbanistique et paysager que l’atelier d’architecture Daniel Delgoffe s’est vu attribuer le marché pour la construction de 2 projets distants l’un de l’autre d’à peine 200 m. Il s’agit d’une nouvelle cafétéria et d’une extension attenante au bâtiment du Génie civil.

S’inscrire dans le passé, le présent et le futur

La proposition des concepteurs s’inscrit dans un contexte particulier, à la fois appuyé sur le passé et projeté dans le futur. En effet, le site universitaire du Sart-Tilman est chargé d’histoire architecturale signée par des architectes de renom comme Charles Vandenhove, Claude Strebelle ou encore Roger Bastin. En 2000, le bureau Greisch livre à l’université l’Institut du Génie civil et de mécanique. Pour l’extension, c’est précisément sur ce bâtiment que l’atelier de Daniel Delgoffe doit intervenir, en prévoyant l’amorce du futur développement de ses infrastructures. Le projet est donc perçu comme un maillon supplémentaire entre l’histoire de l’université et son évolution.

Une cafétéria presqu’immatérielle

Le projet de la cafétéria s’implante à mi-chemin des sentiers réservés à la mobilité douce, délicatement inséré parmi les arbres préexistants. Avec les aménagements extérieurs, elle constitue un lieu signifiant dans le parcours, incitant à la convivialité des lieux. La cafétéria est composée de 2 parallélépipèdes qui s’imbriquent l’un dans l’autre. Le principal abrite la salle à manger. En raison de la grande qualité de l’environnement, il est complètement vitré et ouvert sur l’extérieur. Le volume est coiffé d’une toiture revêtue de cuivre. Cette dernière souligne la construction et se replie sur l’un de ses côtés pour lui donner plus de corps. Avec le pourtour marqué des portes d’entrée, c’est elle qui matérialise l’édifice pour ainsi dire immatériel puisque totalement transparent. Le second volume est plus petit et plus discret. Il est principalement fermé et contient les cuisines et les installations techniques. Son parement en briques claires rappelle le béton, en référence aux édifices existants sur le site.

Une nouvelle entrée et des salles des travaux pratiques

Le bâtiment du Génie civil est donc complété par une extension relativement restreinte mais qui annonce un développement plus conséquent des installations universitaires. L’extension est destinée à créer la nouvelle entrée principale des lieux et à prévoir l’articulation entre existant et futures constructions. Elle se situe dans le prolongement d’une « rue intérieure » présente dans le bâtiment du bureau Greisch mais jusque-là peu perçue en tant que telle. Le projet a la volonté de donner une lecture évidente de l’organisation et des circulations tout en bénéficiant d’une lumière naturelle généreuse. L’extension contient 4 nouvelles salles des travaux pratiques pouvant accueillir 120 personnes. Elles présentent différentes atmosphères de par leur volumétrie, les prises de lumière naturelle et le cadrage des vues vers l’extérieur. Les salles sont accessibles aux étudiants en dehors des horaires habituels et connectées aux bâtiments existants vers la rue intérieure.

De la durabilité au coeur de l’architecture

Daniel Delgoffe a le souhait d’aller chercher les principes de durabilité au-delà de toutes les précautions prises pour augmenter la performance énergétique des bâtiments. L’isolation, la gestion de la ventilation et de l’étanchéité et le choix pertinent des installations techniques et des matériaux sont devenus de véritables ambitions. Le bureau d’architecture a la volonté supplémentaire d’intégrer ces contraintes dans sa conception architecturale. L’objectif recherché est d’atteindre les exigences requises mais surtout de faire prévaloir l’architecture sur les performances techniques dans le résultat visuel final. C’est ainsi que le souci du détail de conception, la recherche d’une mise en oeuvre impeccable et la réflexion pour une gestion du bâtiment aisée sur le long terme sont visées. Ces intentions permettent les économies d’énergie et de coût, tout en présentant à la vue des détails d’architecture qui créent des lieux vivants et humains.

Source : Architectura.be