La répartition des nouvelles écoles bruxelloises est inéquitable

La répartition des sept nouvelles écoles à construire en Région bruxelloise telle que prévue par Jean-Marc Nollet, Ministre Ecolo en charge des Bâtiments scolaires à la Communauté française, est tout simplement «inéquitable» et a été faite «en dépit du bon sens,» a dénoncé mercredi Françoise Bertieaux.

La cheffe de Groupe MR au Parlement de la Communauté française s’est expliquée dans une interview parue ce mercredi dans La Dernière Heure à propos de la création de 4.151 places d’écoles à répartir sur les 19 communes de la Région bruxelloise et de leur répartition: «Ce choix est inéquitable. Tout simplement. J’y vois plusieurs hypothèses. Soit il s’agit d’une répartition politicienne. Soit elle a été faite par des gens qui ne connaissent pas Bruxelles. Soit ils ont fait cette répartition en fonction du cadastre bruxellois des écoles. Sauf que, pour ce dernier point, on n’a jamais vu la couleur de ce cadastre. De toute façon, quelle que soit la raison, cette situation n’est pas normale.»

Et Françoise Bertieaux de poursuivre en demandant que ce cadastre des écoles soit enfin publié.

«Si l’on veut que les réseaux libres, catholiques, etc. puissent eux aussi monter leurs projets d’écoles, il faut qu’ils soient au courant de la situation actuelle. Cela permettra également de s’assurer qu’il existe bel et bien. Ce dont je commence à douter,» a poursuivi la Cheffe de groupe MR.

Face au boom démographique que connaît notre capitale, Françoise Bertieaux propose la création d’une agence immobilière scolaire, à l’image de ce qui existe pour les logements sociaux (les agences immobilières sociales – AIS).

«Il faut aller très vite, en effet. Selon moi, le moyen le plus rapide et le plus efficace pour créer des places d’écoles – surtout en maternelle puisque la Communauté française ne prévoit rien pour eux – consiste à créer une agence immobilière scolaire,» a-t-elle avancé.

«Ces agences permettraient à un propriétaire privé de confier son bien à la Communauté française ou la Région bruxelloise. Qui financeraient les travaux de mise en conformité inhérents aux écoles puis loueraient le bien aux propriétaires. On ferait ainsi d’une pierre trois coups. Le bâtiment n’est plus à l’abandon, le propriétaire touche un loyer et on gagne un temps précieux en terme de créations de places d’écoles,» a expliqué Françoise Bertieaux.

La création de cette agence pourrait être basée sur un accord de coopération entre la Communauté française et la Région bruxelloise, a-t-elle poursuivi.

«Mais si la conclusion d’un tel accord prend trop de temps, rien n’empêche la Communauté française de lancer une telle initiative en solo via la publication d’un simple arrêté,» a conclu Françoise Bertieaux.

Rappelons que sept nouvelles écoles seront construites et six agrandies. La plupart des projets concernent le Nord et le Centre du territoire bruxellois, soit Bruxelles-Centre, Anderlecht, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Evere, Molenbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Jette, Forest et Saint-Gilles.

Source: Mouvement Réformateur