Fexhe-le-Haut-Clocher: Un nouveau bâtiment scolaire en 2014

La construction du nouveau bâtiment scolaire est votée. Le projet devrait enfin se concrétiser. Le conseil a aussi abordé la dotation du CPAS.

Si la plupart des points à l’ordre du jour n’ont demandé que quelques explications avant leurs votes, le conseil communal s’est penché, hier, sur deux sujets qui ont suscité un peu plus de débat. À commencer par la construction du nouveau bâtiment scolaire. Les travaux devraient débuter au printemps 2014, selon le calendrier établi. Un dossier qui est passé de nombreuses fois sur la table du conseil.

Une chute du nombre d’élèves

Entre réflexions sur la disposition des lieux, l’architecture du bâtiment, le report d’une législature à une autre et enfin une modification de législation en juillet dernier, le marché n’a pas encore pu être lancé. Mais il n’est jamais trop tard et le conseil devait avaliser hier le cahier des charges et le mode de passation du dit-marché. Un laps de temps qui a permis d’intégrer les modifications en matière de normes et de terminologie imposées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

«Vu la diminution de la population scolaire, cette construction est-elle encore nécessaire?», s’interroge Germain Vossen, conseiller de l’opposition. Le nombre d’élèves a en effet chuté cette année de 205 à 187 élèves. Une diminution que le bourgmestre, Henri Christophe, précise : «C’est principalement dû à des déménagements» et de continuer, «s’il y avait un problème pédagogique, je pourrais remettre en question le projet mais ici, c’est purement mécanique. Donc on continue». Un projet, estimé à 2 500 000 €, n’a pas su remporter toutes les voix : Raphaël Leblanc et Francine Abeels se sont abstenus.

Autre point qui a soulevé le débat : la première modification budgétaire. Une modification attendue comme l’a souligné Germain Vossen : «On savait dès le départ qu’on allait devoir augmenter et ça va être pire quand les chômeurs de longue durée vont commencer à arriver au CPAS. Encore une fois, le fédéral se décharge sur les communes». Si les comptes 2012 ont été clôturés avec un boni d’environ 7300 €, le président du CPAS Jean-Luc Luyten a attiré l’attention sur les difficultés futures. Le CPAS demande 135 000 € de plus de la part de la commune, notamment en raison d’un retard de perception des subsides pour les ILA. À l’avenir, la dotation communale devrait être revue à la hausse.

Source: L’Avenir.net