Dossiers de rénovation/extension de bâtiments scolaires à Liège

out est parti d’une interpellation de la chef de groupe Ecolo Bénédicte Heindrichs, lors du dernier Conseil communal de la Ville de Liège. Cette interpellation portait sur divers dossiers de rénovation/extension de bâtiments scolaires. La conseillère écolo interpellait l’échevin liégeois en charge des Travaux, à savoir Roland Léonard (PS), sur le suivi de ces dossiers et singulièrement sur celui de l’école Naniot. Selon elle, « la Ville est vraiment très en retard » sur ce dossier, financé via le Centre régional d’aide aux communes (Crac). « Ce mode de financement, explique l’échevin Léonard, a remplacé le financement via un partenariat public-privé qui a été abandonné par le ministre Nollet« . Or, et c’est ici que le bât blesse concernant l’école Naniot, où un projet d’extension estimé à deux millions d’euros existe et où la Ville, qui escomptait en la matière un taux de subsidiation de 100 %, ne peut obtenir dans ce nouveau cadre que 60 % de subsides. Pour Roland Léonard, « la donne a changé en la matière« , ce qui explique selon lui que la Ville étudie désormais la faisabilité même de ce projet, du moins tel quel.

Pour le reste, outre la question énergétique sur laquelle elle estime que la Ville s’est réveillée, ce qui fâche Bénédicte Heindrichs, c’est le manque d’investissements dans les bâtiments scolaires. « Les écoles liégeoises souffrent de trente ans de gestion socialiste« , assène-t-elle. De son côté, l’échevin Léonard estime que « la Ville doit faire des choix en la matière et choisir, c’est renoncer« . En effet, le parc scolaire liégeois est ce qu’il est, soit imposant et vieillissant. Au budget 2012, ce sont tout de même huit millions d’euros qui sont budgétés par la Ville concernant les bâtiments scolaires, sur un total de 17 millions pour les bâtiments communaux.

Parmi ces huit millions d’euros, explique Roland Léonard, trois millions environ sont spécifiquement dédicacés aux économies d’énergie. « Cela va de l’isolation des bâtiments au chauffage en passant par la production d’énergies renouvelables« . À ces trois volets, on peut encore en rajouter un quatrième, relatif à l’éclairage desdits bâtiments. Parmi les investissements annuels, outre ceux dédiés aux économies d’énergie, l’échevin liégeois évoque également ceux ayant trait à la sécurité des bâtiments (« un volet techniquement indispensable« ) et au confort des locaux (en ce compris un volet sanitaires jugé important et chiffré à 1,5 million d’euros sur trois ans), et ce sans oublier les projets de rénovation/extension.

À cet égard, l’échevin fait le point sur plusieurs dossiers actuels dont celui du lycée de Waha. Un bâtiment classé patrimoine exceptionnel et typique de l’architecture des années 30 qui fait l’objet de pas moins de deux projets dans ce cadre. L’un ayant trait à la transformation de l’actuelle piscine, dans un sale état, et l’autre à la rénovation à l’identique de la salle de fêtes, laquelle sera amenée à servir de vaste amphithéâtre.

Le montant de ces deux projets d’envergure est estimé à près de cinq millions d’euros. Des demandes de subsides ont été effectuées auprès des pouvoirs subsidiants et des budgets communaux ont déjà été engagés en 2011 et doivent encore l’être durant cette année. Parmi les autres dossiers chauds, ceux relatifs aux écoles du Jardin Botanique, à l’étroit, et de Jupille-Combattans méritent aussi d’être évoqués. Dans le premier cas, il s’agit de la démolition de l’ancienne piscine et de la construction de quatre nouvelles salles de cours pour un montant estimé à 800000 euros. Dans le second cas, contrairement au premier, la Ville intervient exclusivement sur fonds propres (à hauteur de 400000 euros) afin de transformer un bâtiment dédié au service voirie en de nouveaux locaux. « Une idée de rationalisation est poursuivie« , dit l’échevin.

 Source: LaLibre.be